Rex Incognito

Qui suis-je
Valery Aloyants
@valeryaloyants
Auteur et références


Contenu

  • 1 Vol. 1
  • 2 Vol. 2
  • 3 Vol. 3
  • 4 Vol. 4
  • 5 Historique des modifications

Vol 1

Un roman fantastique de Liyue qui raconte les histoires des excursions incognito de Rex Lapis dans le royaume des mortels. Situ√© √† une √©poque o√Ļ les tr√©sors du monde affluaient, la r√©alit√© se confond avec la fiction et les deux se m√©langent avec de vieux r√™ves dans ce charmant conte se d√©roulant dans le port de commerce de Liyue.

Liyue est une terre o√Ļ se rassemblent toutes sortes de tr√©sors rares et exotiques, et o√Ļ il y a des tr√©sors pr√©cieux, on est s√Ľr de trouver aussi ceux qui ont un Ňďil averti.


Le tout premier propriétaire de Xigu Antiques - le collectionneur non conventionnel, Min'gui - était justement un tel individu.

Xigu Antiques of Feiyun Slope √©tait fr√©quent√© par des clients ais√©s. Ferm√© pendant la journ√©e, il ne s'ouvrait aux clients qu'une fois que la lune commen√ßait √† se lever dans le ciel nocturne. Les clients de la boutique √©taient tout sauf ordinaires : c'√©taient des gens riches et tranquilles, au go√Ľt exceptionnel.

Un garde-temps de Fontaine méticuleusement conçu, de l'encens de Sumeru, un gobelet à vin ayant appartenu à un aristocrate du vieux Mondstadt, un tabouret en bois dont la surface était autrefois décorée par les fesses d'un adeptus pendant toute une heure, une délicate tasse de jade à partir de laquelle le Lord of Geo a une fois soupé une gorgée de thé, un vase céladon inestimable que la divinité voisine de Liyue, l'Anemo Archon, a accidentellement renversé au sol, le brisant en morceaux... à loisir, chaque objet n'attendait que cette personne avec qui il partageait une certaine affinité.



Une nuit, un jeune homme riche qui passait par là s'est arrêté devant le magasin et a commencé à examiner attentivement les articles sur les étagères.

Le propriétaire a été frappé par ses longues robes noires, sombres et solennelles comme les sommets des montagnes qui se profilent, et par ses yeux, qui étaient de la couleur de l'ambre.

Ce n'était pas un jeune homme ordinaire. Ce Min'gui pouvait le dire d'un seul regard.

"Bienvenue chez Xigu Antiques," dit-elle. ¬ę S'il vous pla√ģt, parcourez √† votre guise et faites-moi savoir si vous trouvez quelque chose que vous aimez. ¬Ľ 
Sa voix douce brisa le silence de mort de la nuit.
"Ah...? Oh, je suis désolé."
Le jeune homme eut un sourire narquois et parla d'une manière subtilement timide.

"Je suis juste plut√īt pris par cette contrefa√ßon exquise."

L'objet qui avait attiré son attention était une plaque de jade endommagée.

Le visage exposé au ciel nocturne était celui sur lequel le motif était légèrement plus intact, et au fur et à mesure que le clair de lune brillait, il s'infiltrait dans les imperfections complexes du jade, les exposant, et dévalait les ravins produits par la texture entrecroisée sur la surface de la plaque. L'usure sévère du devant et la désintégration autour du périmètre rendaient impossible de discerner les mots et les images qui y avaient été écrits autrefois. Au dire de tous, il semblait avoir vécu une vie mouvementée.

¬ę Contrefa√ßon, dites-vous ? Qu'est-ce qui vous rend si s√Ľr ?
Min'gui avait l'habitude de voir des clients faire des d√©clarations aussi provocantes. Mais ce jeune homme parlait si cr√Ľment et d'un ton mordant qu'elle ne pouvait s'emp√™cher de se sentir aggrav√©e par son accusation.


A cela s'ajoutait le fait que cet objet particulier avait √©t√© attrap√© par un aventurier d'un palais abandonn√© au cŇďur de l'ab√ģme, qui √©tait alors √† peine revenu vivant de cet endroit. Elle se souvint comment elle avait marchand√© sans rel√Ęche avec le aventurier d'acqu√©rir la pi√®ce, et comment cela lui avait finalement co√Ľt√© la meilleure partie de sa fortune. S'il ne s'agissait vraiment que d'une contrefa√ßon, cela signifierait non seulement qu'elle avait perdu une immense partie de sa richesse, mais cela porterait √©galement atteinte de mani√®re irr√©vocable √† la r√©putation de Xigu Antiques en tant que connaisseur de la qualit√©.


Min'gui savait ce qu'elle avait à faire : non seulement elle devait se débarrasser d'une manière ou d'une autre de ce client calamiteux qui menaçait de ruiner toute son entreprise, mais elle devait aussi trouver un moyen de lui vendre cette plaque de jade au passage.

¬ę S'il vous pla√ģt, continuez ¬Ľ, a-t-elle dit. "J'esp√®re que vous pourrez donner une √©valuation d√©taill√©e."

--------

"Comme nous le savons tous, Teyvat a été plongé dans le chaos il y a deux millénaires et demi lorsque les dieux se sont déclarés la guerre, le conflit qui s'en est suivi s'est étendu à tout le monde dans tous les coins du pays. Teyvat n'a peut-être pas été divisé en sept nations que nous connaissons aujourd'hui à cette époque, mais à l'époque, tout comme aujourd'hui, les gens avaient leurs propres colonies, villes et civilisations..."
"Les dieux dont les noms ont été oubliés depuis longtemps étaient autrefois vénérés, adorés, voire adorés par leur peuple. Nos ancêtres ont pris des perles et des coquillages de la mer, du jade des montagnes, des roches des plaines et des cristaux de sel de la terre, chacun construire des idoles sous la forme de leurs dieux.
"Les plaques de jade de ce genre sont des reliques de cette √©poque. Elles appartenaient √† une ancienne tribu qui v√©n√©rait Rex Lapis... bien que, bien s√Ľr, le Geo Lord ne s'appelait probablement pas encore Rex Lapis √† cette √©poque."
"C'√©tait une √©poque o√Ļ les gens regardaient leurs dieux s'affronter dans d'√Ępres batailles sous leurs yeux. Rex Lapis n'√©tablirait pas la monnaie des sept nations et ne lancerait pas les premi√®res pi√®ces Mora pendant un certain temps. Ainsi, les tribus commer√ßaient en utilisant des morceaux de minerai qu'elles de temps en temps, avec des idoles faites √† l'effigie du Geo Lord pour assurer la stabilit√© des prix."
"Comme vous pouvez le voir... La sagesse des mortels est une chose assez fascinante. Ils faisaient leur propre chemin dans le monde avant même que Rex Lapis n'ait pris des dispositions pour qu'ils le fassent."



Le jeune homme s'arrêta comme pour contempler davantage l'observation qu'il venait de faire.
Il se tenait là, enveloppé d'un voile de clair de lune argenté, qui en quelque sorte servait à le rendre un peu plus petit en taille.

"Ce type de plaque de jade est une trouvaille rare de nos jours. La plupart d'entre elles sont enterrées dans le lit des rivières dans les montagnes. Et comme chacune est sculptée à la main, elles sont toutes uniques... C'est pourquoi elles se vendent généralement pour prix astronomiques. Prétendre qu'ils sont inestimables ne serait pas une exagération.
"Donc, c'est vraiment dommage que celui que vous affichez sur votre √©tag√®re soit une contrefa√ßon r√©cente. Par r√©cent, je veux dire qu'il a probablement √©t√© fabriqu√© dans la g√©n√©ration de votre p√®re au plus t√īt."
"Il y a un dicton de l'industrie, 'le jade sans défaut n'est pas du tout du jade.' Ce jade, par exemple, a remarquablement peu d'imperfections, et la translucidité est trop belle pour être vraie... Tout cela indique qu'il est peu probable qu'il soit un produit de la fabrication de nos ancêtres. "
"En passant, j'ajouterais également que l'image gravée sur ce jade est celle d'une femme. C'est une chose très inhabituelle à voir parmi des reliques similaires de l'époque en question."

Le jeune homme a levé la plaque au clair de lune pour l'inspecter plus en détail.
"Bien qu'il y ait beaucoup de rumeurs à cet effet, l'affirmation selon laquelle Rex Lapis a autrefois pris la forme d'une femme n'est attestée par aucun des documents historiques, et il n'y a aucune preuve physique que cela se soit jamais produit …"

Bien que jeune, l'homme avait l'air d'un vieux pédant exaspérant.

"Ah, eh bien c'est là que tu te trompes..."
Min'gui sourit faiblement, comme le fait un renard lorsqu'il joue avec un chasseur inexpérimenté.
¬ę Peut-√™tre seriez-vous pr√™t √† √©couter mon histoire avant de rendre votre verdict final ?

La propriétaire du magasin plissa les yeux et commença à raconter son histoire...

Vol 2

Un roman fantastique de Liyue qui raconte les histoires des excursions incognito de Rex Lapis dans le royaume des mortels. Entre les hauts sommets des montagnes o√Ļ se trouve le jade g√©n√©reux, des id√©es substantielles et des mensonges vides sont soudainement pr√©sent√©s c√īte √† c√īte.

√Ä l'√©poque o√Ļ les dieux marchaient encore sur la terre, la divinit√© que nous adorons maintenant sous le nom de Rex Lapis n'√©tait qu'une parmi tant d'autres.
À cette époque, la rumeur parmi les gens du commun était que le Seigneur de Geo était un dieu froid et insensible. Sa conduite était juste en toutes choses et ses jugements étaient rationnels et impartiaux, mais il manquait de sentiment humain normal. Comme les rochers, il était sans chaleur ni douceur.
Malgr√© cela, les gens le v√©n√©raient et pla√ßaient leur foi en lui tout de m√™me. C'√©tait parce que ses lois servaient √† garantir que le commerce √©tait √©quitable et que la vie √©tait s√Ľre et ordonn√©e. Le Geo Archonte a grandi en force et en stature √† cause de la croyance des gens en lui.

Mais m√™me les dieux sont impuissants √† contr√īler les croyances et les doutes de leurs fid√®les mortels. Et m√™me un dieu gardien de la justice n'a aucun moyen d'inculquer les paroles de ses r√®gles et r√®glements dans le cŇďur de chaque individu.

Dans le village de Mingyun, il y avait un artisan de jade incorrigiblement irrévérencieux qui aimait plaisanter. Quel que soit le travail qu'il acceptait, il le terminerait de la manière la plus peu orthodoxe imaginable, et finirait toujours le travail le tout dernier jour avant l'échéance.

Si le client commandait une statue d'un chasseur dominant une bête féroce, il recevrait une statue miniature d'un sanglier en détresse courant pour sa vie.
Et quand le client demandait une explication, il leur disait :
"Quand un chasseur redoutable s'approche d'une bête féroce, il peut ne pas montrer son visage, mais sa présence imposante est suffisante pour effrayer la bête jusqu'au plus profond."

Si le client commandait une sculpture √† l'effigie d'un souverain puissant et puissant, il recevrait probablement une statue d'un tr√īne majestueux.
Et lorsqu'on l'interrogeait à ce sujet, il répondait :
"Aucun souverain ne prend le tr√īne pendant plus de cent ans. Le tr√īne a une long√©vit√© sup√©rieure √† lui."

L'artisan a rapidement d√©velopp√© une r√©putation d'excentrique dans le village de Mingyun. Mais les riches marchands du port de commerce prosp√®re de Liyue Harbour √©taient tr√®s amus√©s et n'√©taient que trop dispos√©s √† passer des commandes avec lui ‚Äď ne serait-ce que pour d√©couvrir par eux-m√™mes ce que c'√©tait que d'√™tre la cible des bouffonneries de cet homme espi√®gle.

------

Une nuit, une femme est venue dans son atelier.
Elle était vêtue d'une longue et fine robe noire et ses yeux brillaient d'un ambre brillant à la lumière du croissant de lune suspendu dans le ciel de Liyue cette nuit-là.
L'artisan ne l'avait jamais rencontr√©e auparavant, mais il s'est rapidement retrouv√© en pleine conversation avec elle. C'√©tait √©trange, elle semblait conna√ģtre toutes les veines de minerai et les gisements de jade du village. Elle parlait des merveilles du monde comme s'il s'agissait de ses sŇďurs, et parlait du jade et des m√©taux pr√©cieux avec une affection que l'on r√©serverait normalement √† leur fille bien-aim√©e...
Les seuls sujets qu'elle a abordés étaient la culture, les coutumes et les interactions sociales.
Peut-être n'était-elle pas au courant des voies du monde, ou peut-être ne voulait-elle pas en discuter. Quoi qu'il en soit, il y avait certainement quelque chose d'extraordinaire chez cette femme.
Du moins, l'artisan le pensait.

"Je voudrais que vous me fassiez une plaque de jade portant l'effigie du Seigneur de Geo sur sa surface."
La femme a finalement formulé sa demande une fois que leur conversation de grande envergure et longue avait pris fin, et elle était presque prête à partir.
"Mais j'ai une condition : vous ne pouvez pas évoquer la ressemblance de notre Seigneur à partir de votre imagination. Vous devez sculpter la vraie ressemblance de notre Seigneur en vous appuyant sur ce que vous avez vu de vos propres yeux."
¬ę Sinon, dit-elle, je ne paierai pas un seul Mora.

Et donc un accord a été conclu entre les deux, avec un délai d'exécution convenu de trois jours.

Le premier jour, l'artisan a d√ģn√© et bu avec ses bons amis. Il n'a pas pris un seul nouvel emploi ce jour-l√†.

Le deuxième jour, l'artisan a escaladé une montagne pour y voir le jade, sans voir un seul client ou connaissance de toute la journée.

Ce n'est que le troisième jour que l'artisan a fermé les portes de son atelier et a commencé à sculpter le jade non coupé, travaillant de l'aube au crépuscule, jusqu'à ce qu'il soit enfin terminé.

Lorsque le croissant de lune a recommencé à se ruser dans le ciel nocturne de Liyue, la femme aux yeux d'ambre est revenue et s'est approchée de sa porte.
L'artisan a fièrement remis le fruit de son travail :
Une plaque de jade à l'effigie de leur dieu, sous forme féminine.

La femme était perplexe. Elle fronça les sourcils et demanda une explication.
Et voici l'explication qu'il a donnée :
"Le premier jour, j'ai demandé conseil à toutes les personnes sages et instruites que je connais, et j'ai appris les principes de notre Seigneur et comment ils fonctionnent. Mais ce n'était que le squelette."
"Le deuxième jour, j'ai visité les montagnes et j'ai passé une journée entière à observer les rochers des montagnes, à écouter le flux et le reflux des éléments et à méditer sur tout ce que notre Seigneur avait créé. Mais ce n'était que la chair."
"Le troisi√®me jour, j'ai couvert mes deux yeux et j'ai commenc√© √† sculpter √† partir du cŇďur, commen√ßant quand c'√©tait l'heure de commencer, m'arr√™tant quand c'√©tait l'heure de s'arr√™ter. Enfin, c'√©tait l'esprit."

L'artisan sourit maladroitement, puis ajouta :
"Mais même moi, je ne sais pas pourquoi c'est sorti comme ça."

La femme inclina l'objet d'avant en arrière dans sa main, comme si elle contemplait quelque chose.
"Intéressant," répondit-elle finalement. "Au fait, cela me rappelle une autre histoire..."

Elle le regarda de ses yeux ambrés et commença à raconter son histoire...

Vol 3

Un roman fantastique de Liyue qui raconte les histoires des excursions incognito de Rex Lapis dans le royaume des mortels. Des concepts de règles ou d'équité à toute épreuve s'évanouissent dans le néant dans ce conte fantastique.

Liyue est une terre o√Ļ se rassemblent toutes sortes de tr√©sors rares et exotiques, et o√Ļ il y a des tr√©sors pr√©cieux, on est s√Ľr de trouver aussi ceux avec un Ňďil averti. Au plus fort de la prosp√©rit√© du port de Liyue, une myriade de biens et de tr√©sors affluaient sans fin dans et hors de la terre comme les mar√©es montantes et descendantes.
Cet √Ęge appartenait, comme l'actuel, aux riches marchands et armateurs. C'√©tait une √©poque o√Ļ ceux qui r√©gnaient en ma√ģtre √©taient ceux qui osaient lutter contre les mar√©es tumultueuses du march√© et les b√™tes courrouc√©es de l'oc√©an.

De même, alors comme aujourd'hui, le port était constamment en effervescence de marins et d'ouvriers.
La l√©gende raconte que Rex Lapis, lorsqu'il appara√ģt sous une forme mortelle, ne prend pas toujours la forme d'un gentleman distingu√© fraternisant avec les ais√©s de Yujing Terrace. Parfois, dit-on, il prend la forme d'un roturier et se m√™le aux mineurs, aux p√™cheurs, aux marins et aux colporteurs.

À cette époque, il y avait un certain propriétaire de bateau de pêche qui était notoirement dur et critique dans son tempérament. Il était toujours impoli envers ceux qui travaillaient pour lui, et chaque fois que quelque chose n'était pas à sa satisfaction, il sautait aux conclusions et commençait à les réprimander, allant même jusqu'à réduire leur salaire, sans leur donner l'occasion d'expliquer leur version des faits.

Un jour, l'armateur à la pêche rencontre un jeune homme.
Il venait d'être embauché par l'armateur à la pêche et sa tenue ne se distinguait pas de celle de tout autre marin de l'époque : une chemise et un pantalon marron amples et un bandana autour du front. Mais d'après sa peau bronzée et les contours accidentés et karstiques de ses traits du visage, il était clair qu'il était un roturier du village de Qingce qui était descendu des montagnes dans la ville pour tenter de renverser sa fortune.

Comme la plupart des montagnards de son époque, c'était un homme simple d'esprit et peu sophistiqué. Mais ce qui consternait plus que cela son nouveau patron, c'était sa réticence à s'approcher des caches de la variété visqueuse et tentaculaire.

¬ę Vous ne faites pas d'argent en faisant la fine bouche ! Qui pensez-vous √™tre, seigneur du manoir ? ¬Ľ
C'était la seule justification donnée par l'armateur pour justifier l'amarrage du salaire de l'homme de la montagne nouvellement embauché.

Le jeune a simplement souri timidement et a continué son travail. Cela a donné le ton à de nombreuses interactions entre les deux.
Mais un jour, le jeune a répondu à la place par une question :
¬ę Tout le monde a des go√Ľts et des aversions, alors pourquoi devrions-nous faire les choses que nous d√©testons le plus ? ¬Ľ

L'armateur à la pêche a été complètement pris de court par cette question aléatoire. Irrité, il a giflé son apprenti niais sur la tête et lui a aboyé en retour :
"Ce sont les r√®gles du monde, cr√©tin ! √Čcoutez bien : vous n'irez nulle part dans ce monde si vous ne faites pas un travail que vous n'aimez pas !"

"Mais ce n'était peut-être pas ce que Rex Lapis voulait dire quand il a établi les règles..."

"Ferme-la idiot!"

"Hmm, peut-être que tu comprendras mieux si je te raconte une histoire."
Les yeux du jeune homme brillaient comme l'ambre des mines de la montagne à la lumière du soleil couchant.

¬ę Oh ? Alors vous √™tes un conteur maintenant, n'est-ce pas ? ¬Ľ
A l'idée de ce nigaud d'un village de montagne endormi lui racontant une histoire, l'armateur à la pêche se trouva soudain assez curieux.
"Vas-y alors... Mais je m'attends à ce que tu travailles et parles en même temps!"

Un sourire malicieux s'afficha sur le visage du jeune, et une étincelle passa dans ses yeux.
"Eh bien, laissez-moi vous raconter une histoire à propos d'une certaine plaque de jade..."

Et ainsi, le jeune homme se mit √† raconter son histoire. Son patron a √©cout√© si attentivement qu'il n'a jamais remarqu√© la paire de mains anonymes qui se faufilaient dans sa poche ‚Äď des mains qui ont ensuite vol√© l'argent qu'il avait gagn√© sur tous les salaires qu'il avait amarr√©s avant de le redistribuer aux ouvriers.

Vol 4

Un roman fantastique de Liyue qui raconte les histoires des excursions incognito de Rex Lapis dans le royaume des mortels. À une époque de réflexion sur les trésors du monde, un humble mot d'esprit suffisait pour exposer tous les mensonges.

C'√©tait une √©poque o√Ļ d'innombrables bibelots et objets exotiques affluaient dans le port de Liyue.
Cette nuit, Min'gui, ma√ģtresse de Xigu Antiques, recherchait des reliques et racontait des histoires anciennes avec un fils de noblesse sans nom.
Le point central de leur débat était une plaque de jade.

Comme beaucoup le savaient, cr√©er un article de jade contrefait n'√©tait pas une affaire qui co√Ľtait beaucoup de capital √† Liyue. Cr√©er un beau faux peut √™tre un peu plus cher, mais c'√©tait un co√Ľt que la plupart des maisons de marchand pouvaient absorber.
Le vrai truc résidait dans le tissage d'une histoire complexe mais fallacieuse.

Comme un forgeron de jade errant au plus profond des montagnes, ou la jeunesse des p√™cheurs aux habitudes √©tranges, ceux consid√©r√©s comme d√©viants frappent souvent en fait plus pr√®s du cŇďur des choses.
Rex Lapis a établi des règles et des contrats, mais ne les a jamais forcés par son autorité à vivre selon eux comme un modèle parfait, car il savait que les lois et les stipulations étaient un moyen, pas une fin. L'équilibre intemporel réside, en vérité, dans la conscience d'une personne et sa capacité à faire des choix pour elle-même.

Le dur patron du bateau de pêche n'a pas compris ce principe, et a ainsi gagné la peur et les moqueries de son aide embauché.

Comme les humains, les antiquités le sont aussi. L'art, la qualité, la rareté et la perfection sont des facteurs limitants, oui, mais la valeur d'une relique réside dans son histoire.

Le jeune noble pointilleux semblait ne pas percevoir entièrement cette idée, et n'avait donc aucun scrupule à appeler la plaque de jade un faux, dénigrant sa valeur.

Mais si tous les tr√©sors de Xigu Antiques avaient √©t√© scrut√©s avec un Ňďil aussi per√ßant et empirique, leur valeur aurait √©t√© r√©duite en poussi√®re.

Comme les larmes d'une jeune fille pour son capitaine, qui sont devenues des perles √©ternelles, ou un roi mortel qui a lui-m√™me sculpt√© un portrait de sa reine d√©c√©d√©e, avant d'y sceller sa propre √Ęme...

Ces histoires, ces l√©gendes qui auraient d√Ľ s'estomper avec le temps ont √©t√© pr√©serv√©es, et ainsi grouillaient de vie sous l'enveloppe ext√©rieure de ces reliques.

¬ę Une belle histoire, je vais prendre ce faux, alors.
Le noble fils hocha la tête, ses yeux dorés souriant.

¬ę Apr√®s tout √ßa, tu penses toujours que c'est un faux ?
Min'gui soupira légèrement.

"Bien s√Ľr,"
La jeune noble ne pouvait s'empêcher de sourire, et en effet n'avait jamais semblé plus heureuse depuis qu'elle était entrée dans sa boutique.

"Apr√®s tout, l'histoire que vous avez racont√©e sur les plaques de jade √©tant une monnaie ancienne ‚Äď c'est un non-sens. Un non-sens que j'ai invent√©."

Modifier l'historique

Sorti en Version 1.0[modifier l'historique] Version 1.1
  • A √©t√© ajout√© √† l'archive.

Version 1.0

  • Rex Incognito a √©t√© lib√©r√©.
ajouter un commentaire de Rex Incognito
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.